Cap sur Dieppe
Deux jours pour redécouvrir la côte d’ Albâtre sont forcement insuffisants pour y voir toutes les merveilles que l’on peut y trouver : des paysages verdoyants, des futaies épaisses aux arbres souvent centenaires, des cultures de lin bleuissant la campagne, des vallons abritant des villages pittoresques avec leurs troupeaux et ,bien sûr, une côte aux falaises de réputation mondiale qui fait le bonheur des touristes et des professionnels locaux !
Il a fallu néanmoins faire un choix pour que notre court séjour soit le plus représentatif des nombreux sites à visiter…
   Cap vers DIEPPE
 Après quelques heures de route, sous un ciel relativement clément, notre première visite fut réservée au Mémorial du 19 août 1942 ,dont l’Association présente, dans l’ancien théâtre à l’Italienne, le tragique épisode d’un raid anglo-canadien de 6.000 hommes débarquant sur la plage de Dieppe, face à un ennemi puissamment armé et retranché ,tant dans le château forteresse de la ville que dans les blockhaus aux alentours   ….      La flotte avait été malheureusement repérée dans la nuit par un patrouilleur allemand qui a pu donner l’alerte avant d’être coulé. Ce fut un véritable massacre, 1.200 soldats tués, 2.340 prisonniers et 119 avions abattus !     Deux raisons ont été données pour «  justifier »  cette tuerie : Staline embourbé sur le front de l’Est aurait exigé des Allies un débarquement à l’Ouest pour le soulager de la poussée allemande ; La seconde, cette tentative était une prise de contact à titre d’essai pour tester les défenses ennemies !!!
Après une restauration bienvenue, changement de décors avec la visite du village classé de VEULES les ROSES  promenade guidée à travers des ruelles parsemées de roses et d’autres fleurs toutes aussi odorantes, longeant le plus petit fleuve de France, à peine deux kilomètres pour se jeter dans la Manche. Des demeures typiques en grés, silex ou pierres du pays, des moulins dont les roues à aubes sont rénovées et en état de fonctionnement, un grandiose abreuvoir dans lequel des carpes évoluent parmi les algues, la découverte de cressonnières aux eaux limpides… Bref, le charme d’un magnifique village authentique en bord de mer !
La Normandie, c’est aussi le pays des châteaux. C’est celui dans lequel est né Guy de Maupassant que nous poursuivons notre visite …Le Château de MIROSMENIL ,  construit au  XIV° siècle  par le marquis de Miromesnil, modifié dans sa façade au XV° et  par le rajout d’étages à ses extrémités au XIX°,  est resté intact à la révolution Française, grâce à la personnalité du Marquis qui ,toute sa vie , avait montré sa générosité  envers la population locale.
Les propriétaires actuels ont la charge de maintenir en état les lieux, le château avec ses boiseries d’origine, les ferronneries d’art,  les moulures et le mobilier ancien racheté aux abbayes  locales,  ainsi que  le parc de 200 hectares et le jardin potager dont les produits sont partagés avec les plus démunis : Havre de paix pour celui qui cherche l’inspiration et le calme ….des chambres d’hôtes sont disponibles en saison. !!!
Après le repas et le retour à l’hôtel où un sommeil réparateur nous permet de nous retrouver en pleine forme, notre sympathique chauffeur nous emmène à Fécamp pour la visite du Palais de Bénédictine . Un palais flamboyant, remarquable par la magnificence des lieux ; œuvre d’un esprit brillant, mais aussi, un brin mégalomane tout comme  son nom : Alexandre le Grand…..            Néanmoins ce célèbre personnage qui a reconstitué la formule de cet élixir oubliée depuis le moyen-âge, a laissé un patrimoine extraordinaire : des pièces immenses, chacune d’une époque différente avec des collections d’art ancien allant d’objets religieux à la serrurerie moyenâgeuse en passant par des ouvrages littéraires anciens rachetés à différents monastères locaux ……..…   Un passage par la distillerie qui produit cette fameuse liqueur directement expédiée par convoi anonyme dans le midi pour être mis en bouteille. Elle est vendue dans le monde entier pour 90% de la production. A l’issue de cette visite, une dégustation s’impose, ne serait-ce que pour inciter les touristes à passer par la case : la boutique !
Après un repas bien sympathique dans une auberge médiévale d’Etretat ou nous étions revenus et une promenade sur la digue pour admirer de loin les falaises et la célèbre aiguille creuse  , nous terminons notre périple par la visite du « Nausicaa » local : La Cité de la Mer afin de nous imprégner une dernière fois de l’air iodé de cette belle côte d’Albâtre…
Le bureau
Le repas
Remise d’un bouquet à Monsieur et Madame HENNACHE en l’honneur de leur soixante dix ans de mariage, avec les félicitations de l’AROEC
Régis Gourlet et Dimitri Loxemand
 
 
 
 
Accueil AroecCNCC de Douai Conseil Régional de l'Ordre des Experts Comptables